Carnet de voyage

Comment organiser et préparer une randonnée en 2021?

Que vous vous rendiez dans une nouvelle région ou que vous cherchiez simplement de nouveaux sentiers dans votre propre jardin, savoir trouver et planifier des randonnées est une compétence essentielle pour quiconque cherche à sortir davantage.

Pour les nouveaux arrivants qui souhaitent partir à l’aventure dans les terres, le choix d’un itinéraire adapté est souvent l’un des plus grands obstacles. Il peut être effrayant d’être celui qui s’occupe de toute la logistique – que faire si le sentier est trop long ou trop difficile ? Comment choisir l’emplacement du campement ? Aurons-nous besoin de permis ?

Heureusement, il y a quelques étapes simples à garder à l’esprit qui vous aideront à répondre à la plupart des grandes questions et guideront votre processus de planification et de sélection.

Quelques lignes directrices de base : Estimation de vos capacités

Avant même de commencer à chercher des randonnées, vous devez avoir une idée de ce que vous et votre groupe êtes capables de réaliser. Pour les personnes qui font beaucoup de randonnées, vous pouvez généralement vous remémorer certaines de vos récentes randonnées, ce que vous avez ressenti pendant et après, et combien vous pensez être devenu plus fort (ou plus faible) en tant que randonneur depuis lors.

Pour les nouveaux randonneurs qui n’ont pas une bonne idée de leurs limites, voici quelques bons principes à garder à l’esprit. Même si vous êtes un randonneur expérimenté, si vous emmenez quelqu’un de nouveau dans les bois pour son premier voyage sérieux, vous devez vous assurer qu’il ne s’éloigne pas trop de sa zone de confort.

Limites de kilométrage

En règle générale, une personne qui n’est pas à l’aise dans les terres aura du mal à faire plus de 8 à 12 Km de randonnée par jour.

Notez que votre condition physique n’a pas vraiment d’importance. Faire beaucoup de squats ou passer 30 minutes sur le tapis roulant est très différent de mettre un pied devant l’autre pendant 5 ou 6 heures par jour. La fatigue qui s’installe est surtout mentale, et il faut un bon meneur de piste pour aider les randonneurs inexpérimentés à dépasser cette limite.

Si vous prévoyez de faire une randonnée l’après-midi, 6 à 8 km est une bonne limite supérieure. Si vous êtes prêt à partir plus tôt dans la journée et à déjeuner le long du sentier, il est probable que vous vous rapprochiez de 10-12 km.

Il est également important de noter que cette règle ne s’applique qu’à un terrain relativement plat, avec seulement quelques centaines de pieds de dénivelé. Si votre piste nécessite beaucoup de temps pour monter et descendre des montagnes, réduisez votre distance à un mile pour chaque centaine de mètres de dénivelé.

Estimation du temps de parcours

L’autre façon de réfléchir aux limites de votre groupe est de penser au temps total que vous voulez passer sur la piste et de travailler à rebours à partir de là. Cela est particulièrement important pour les randonnées d’hiver, où les gens peuvent ne pas se sentir à l’aise de rester dehors plus de quelques heures d’affilée.

Ma règle générale et conservatrice est que vous pouvez prévoir 30 minutes de randonnée pour chaque kilomètre parcouru, et 30 minutes supplémentaires pour chaque mètre d’altitude que vous montez. Cela correspond à une vitesse de marche moyenne d’environ 2 km par heure. Exprimée sous forme de formule :

Heures de parcours = 1/2 * (km + Gain d’altitude en 1 000 pieds)

Donc si vous cherchez une randonnée de 3 heures, cherchez une boucle relativement plate de 6 km, ou peut-être une boucle de 4 km qui monte et dépasse un pic de 1800 pieds.

Cette estimation est assez prudente et prévoit du temps pour le repos et les pauses. Les randonneurs rapides ou ultralégers peuvent facilement faire des randonnées de 3 ou 4 km à l’heure en limitant les pauses et en se déplaçant rapidement (les bâtons de randonnée aident), mais les randonneurs plus récents devraient s’en tenir à cette règle.

Il est préférable d’opter pour un retour au point de départ du sentier avec un peu plus de lumière du jour que de dépasser les limites et de marcher dans l’obscurité. 🔦 😟

Trouver des pistes raisonnables (mais excitantes) à proximité

Maintenant que vous avez une idée de vos capacités et de leurs limites, vous pouvez commencer à chercher des randonnées et des sentiers qui correspondent à ce que vous recherchez.

Si je me trouve dans un endroit totalement nouveau et que je ne connais pas bien la région, voici les étapes que je dois suivre :

1) Commencez par une liste des grandes zones de randonnée situées à proximité.

Trouvez-vous sur google maps et commencez à zoomer jusqu’à ce que vous voyiez de grandes sections de terrain vert. C’est l’un des moyens les plus rapides que j’ai trouvé pour dresser une liste des parcs nationaux, , des forêts publiques, des fiducies foncières et autres zones sauvages publiques situés à proximité. C’est votre première liste de zones à vérifier.

2)Trouvez quelque chose d’intéressant que vous voulez voir ou atteindre.

Faites une recherche pour chacun des endroits que vous avez trouvés et recherchez les caractéristiques notables. Cherchez des choses comme les sommets de montagnes qui peuvent avoir une vue magnifique, ou des chutes d’eau et des lacs dans lesquels vous pouvez jouer.

3)Cherchez un sentier approprié qui vous permette d’atteindre votre destination.

Essayez de localiser votre point d’intérêt sur une carte des sentiers, puis commencez à chercher des sentiers qui l’atteignent ou le dépassent. Gardez à l’esprit les directives ci-dessus lorsque vous considérez le kilométrage et le temps que vous pouvez gérer de manière réaliste.

4)Faites correspondre un bon point de départ de sentier à votre sentier.

Les points de départ des sentiers se trouvent là où les sentiers rencontrent les routes et disposent souvent de parkings et parfois de centres d’accueil ou de postes de gardes forestiers. Essayez de trouver des informations sur le point de départ de votre sentier pour savoir s’il est très fréquenté et s’il y a des places de parking disponibles – certains points de départ de sentier populaires exigent que vous vous y rendiez tôt le matin pour obtenir une place. Si vous vivez dans les montagnes, sachez également que certaines routes de les terres ne sont ouvertes qu’en saison, alors assurez-vous que votre point de départ de sentier est réellement accessible. Si vous n’avez pas de voiture, recherchez les navettes de transport public qui peuvent circuler dans les environs et notez bien les horaires de retour pour vous assurer d’être ramené chez vous.

Notez que parfois vous pouvez être bloqué en trouvant un bon point d’intérêt à l’étape n°2. J’essaie généralement d’avoir une destination car cela donne au groupe un bon objectif et une bonne motivation – sans parler de quelques bonnes opportunités de photos – mais parfois il ne se passe pas grand-chose à proximité. Ce n’est pas grave.

Si votre but est simplement de faire une randonnée, vous n’avez pas besoin d’avoir un objectif. Une fois que vous avez trouvé des zones propices à la randonnée à l’étape 1, passez à l’étape 3, en cherchant un sentier qui correspond à vos capacités. Si vous regardez sur une carte des sentiers de la région et que vous pouvez localiser un centre d’accueil ou un point de départ de sentier où convergent de nombreux sentiers, c’est un excellent candidat pour trouver une boucle qui vous permettra de faire un bon voyage.

En gardant ces étapes à l’esprit, vous devriez pouvoir facilement trouver quelques bonnes options de randonnées dans votre région. Si vous ne prévoyez qu’une randonnée d’une journée, passez à la section “logistique de dernière minute”, et vous devriez être prêt à partir !

Trouver le camping idéal

Si vous trouvez une longue section de sentier que vous voudriez interrompre en quelques jours, commencez à chercher des endroits en cours de route qui la diviseraient en morceaux maniables.

La planification d’un voyage de camping dans les terres exige une tonne de compétences diverses que je ne traiterai pas ici – mais vous devriez vous inscrire si vous voulez être averti lorsque je les couvre ! 😉 📬

Je vais vous parler de quelques considérations relatives à la localisation et au choix d’un camping dans les terres. Si vous prévoyez de passer une nuit ou deux dans les bois, il est important de tenir compte des éléments suivants pour vous assurer que vous campez dans un bon site.

Dans les zones plus fréquentées, vous êtes généralement tenu de camper sur des emplacements désignés pour contribuer à minimiser les impacts environnementaux. Cherchez le nom de la zone que vous visitez avec le mot “randonnée” ou “campings” pour voir ce qui est disponible, ou cherchez une petite icône de tente sur une carte des sentiers. icône de camping Évitez de regarder les “campings” car ils sont généralement remplis de campeurs en camping-car et n’offrent pas vraiment une expérience complète de camping dans les terres.

Dans les régions moins fréquentées, vous pouvez choisir votre propre terrain pour y installer votre campement. C’est ce qu’on appelle parfois le camping dispersé. Si le choix de votre propre terrain de camping offre l’avantage d’être plus éloigné, sauvage et vierge, cela signifie aussi que vous devez faire plus attention pour vous assurer d’être bien placé.

N’oubliez pas de tenir compte des éléments suivants :

  1. Accès à l’eau.
    Entre le dîner, le petit-déjeuner, la cuisine, le nettoyage et la boisson, vous consommerez probablement 1 à 2 gallons par personne chaque nuit où vous camperez. Comme la plupart des gens ne transportent pas plus de 2 à 3 litres d’eau à la fois, cela signifie qu’il faut se rendre plusieurs fois à une source d’eau pour la remplir. Je ne voudrais probablement pas camper à plus de 200 mètres d’une source d’eau connue et fiable pour éviter de longs allers-retours et le risque de me perdre entre le camp et votre source d’eau si vous faites le plein à la nuit tombée.
  2. Exposition au vent et aux intempéries.
    Vous ne devez pas installer votre camp dans une zone de basse altitude s’il y a un risque de fortes pluies ou d’inondations. De même, vous ne voulez pas être en hauteur sur une crête exposée aux vents forts ou aux orages. Trouvez une zone qui offre un abri naturel. Pensez également à vous abriter des branches d’arbre qui tombent ou du bois mort qui pourrait être suspendu au-dessus de votre tête, prêt à tomber et à vous écraser, vous et votre tente, en cas de vent fort.
  3. Suivez les principes du programme “Leave No Trace” (LNT).
    LNT est un ensemble de lignes directrices assez explicites conçues pour aider les randonneurs consciencieux à éviter de laisser des traces ou des défauts évidents sur le terrain. Rangez vos déchets, ne dérangez pas les plantes ou les animaux et essayez généralement de laisser les choses telles que vous les avez trouvées pour le prochain randonneur. Lorsque vous choisissez un emplacement de camping, recherchez des surfaces durables pour planter votre tente et installez votre cuisine de manière à ne pas endommager la zone.
  4. Méfiez-vous de la faune sauvage.
    Beaucoup de gens craignent que les ours ne prennent leur nourriture, mais j’ai eu beaucoup plus de problèmes avec des souris et d’autres petits rongeurs qui s’enfouissaient dans des sacs ou des tentes. Assurez-vous de savoir quelles sortes de créatures se trouvent dans la région et suivez les précautions d’usage pour éviter qu’elles n’ouvrent votre réserve de nourriture au milieu de la nuit. Le plus simple est de ne pas avoir de nourriture ou d’articles parfumés dans la tente (y compris du dentifrice, du déodorant, du baume à lèvres, etc.) et de suspendre votre nourriture dans un arbre pour qu’elle ne touche pas le sol.

Que vous séjourniez dans un camping désigné ou que vous ayez choisi un camping dispersé, il vous incombe de connaître les exigences locales en matière de permis. Dans certains endroits, vous devrez vous inscrire pour obtenir un permis, et il peut y avoir des limites quant au moment où vous pouvez les obtenir ou au nombre de permis délivrés par nuit.

C’est une bonne idée de bien vous renseigner avant de partir, afin de ne pas vous retrouver dans une situation où il n’y a plus de permis.

Logistique de dernière minute avant votre départ

A ce stade, vous avez choisi votre randonnée et vous êtes excité et prêt pour une aventure dans les terres. Mais avant de partir, vous devez vous occuper de certaines logistiques de dernière minute très importantes, généralement un jour ou deux avant votre randonnée.

C’est le genre de choses que vous ne pouvez pas vraiment planifier à l’avance, car la nature peut être difficile à prévoir.

  1. Vérifiez les prévisions
    Assurez-vous que vous et votre groupe êtes à l’aise avec les conditions prévues. Il n’y a pas que les précipitations et la température, mais aussi les vents, l’exposition au soleil, le risque de foudre ou les dangers de visibilité comme les blizzards ou le brouillard qui peuvent rendre la navigation difficile. Si les conditions ne sont pas favorables, soyez prêt à reporter le voyage. Ne laissez pas l’excitation du voyage vous pousser à partir dans des conditions que vous savez misérables ou potentiellement dangereuses.
  2. Vérifiez l’état des pistes
    Il est également important de vérifier l’état des pistes avant de partir. Si vous allez en altitude, considérez que le sentier peut être enneigé ou glacé, même s’il fait chaud à basse altitude. Si vous allez traverser une rivière, il est important de savoir si les ponts sont en panne ou si le niveau de l’eau est plus élevé que la normale. Tenez également compte du fait que le sentier peut être boueux.
  3. Laissez une copie de votre itinéraire à un ami
    Une fois que vous avez choisi le point de départ de votre randonnée, les campings potentiels le long du chemin et la date prévue de votre retour, assurez-vous d’envoyer toutes ces informations à un ami qui ne participera pas à votre voyage. Au cas où vous ne seriez pas rentré à temps, cet ami dispose maintenant d’informations précieuses qui peuvent aider les équipes de recherche et de sauvetage à vous trouver.
  4. Tout emballer
    Vérifiez que vous avez bien tout ce qui figure sur ma liste de contrôle pour les voyages à dos, et assurez-vous que tout tient dans votre sac. Coordonnez-vous avec votre groupe pour vous assurer que quelqu’un a tout l’équipement de groupe dont vous pourriez avoir besoin pour une aventure amusante et sûre.

Voilà plus de 2000 mots sur la façon de planifier une aventure dans les terres. J’espère que cela vous a donné de bonnes idées pour commencer à planifier des randonnées et des voyages avec nuitée. Laissez-moi vos questions dans les commentaires, et n’oubliez pas de faire part à vos amis de plein air du type de voyage que vous proposez.

 

Votre feedback nous intéresse !

Excité
0
Joyeux
0
J'adore
0
Médusant
0

Vous devez aimer aussi :

Plus dans :Carnet de voyage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *