Conseils RandoS'équiper pour la randonnée

Quand déclencher un sauvetage en montagne ?

La popularité des communicateurs par satellite comme InReach, les PLB et SPOT a ouvert une ligne de vie jamais réalisée auparavant entre l’arrière-pays et le monde extérieur. Pour la plupart d’entre nous qui utilisons ces appareils, cela signifie envoyer un message texte ou un journal de bord à un être cher pour lui faire savoir que nous allons bien. Mais que se passe-t-il lorsque vous avez des problèmes ? Comment savoir si l’on peut appuyer sur le bouton SOS ? Qu’entend-on par “en difficulté” et quand est-ce suffisant pour justifier un SOS ?

En tant que critique des appareils InReach, c’est une question qui m’est souvent posée. Les questions que je reçois comprennent :

  • Que faire si je me foule la cheville ?
  • Que faire si je me perds mais que je peux survivre une nuit ou deux ?
  • Et si je vois un feu de forêt ?
  • Et si je vois quelqu’un d’autre blessé ?

Et ce sont toutes d’excellentes questions.

Je me suis donc assis avec le directeur de la technologie pour le SAR / Los Angeles County Sheriff, Steve Goldsworthy. Steve a plus de 30 ans d’expérience avec le LASD et a eu la gentillesse de partager quelques idées pratiques sur le moment où il faut appuyer sur le bouton SOS. J’ai également ajouté mes réflexions après avoir interrogé des randonneurs qui ont appuyé sur le bouton SOS, et mon expérience de l’appui sur le bouton SOS moi-même pour aider d’autres randonneurs.

Et juste une note, les directives de cet article ne sont en aucun cas une politique officielle du département du shérif du comté de Los Angeles. Les recommandations formulées ici sont les miennes et sont basées sur leur généreuse contribution et leur perspicacité, mon expérience et celle d’autres randonneurs.

Parlons d’abord des dispositifs SOS

Il existe plusieurs types de dispositifs SOS que la plupart des gens ont dans l’arrière-pays : une BLP (comme l’ACR), un communicateur par satellite SPOT, un téléphone par satellite ou un communicateur par satellite InReach. Chaque type d’appareil a une façon différente de communiquer avec les premiers intervenants.

  • Une BLP utilisera les canaux d’urgence gouvernementaux pour lancer un sauvetage (consultez cet article sur la vue ResQLink de l’ACR pour tous les détails). Une PLB est une rue à sens unique ; vous appuyez sur SOS et vous attendez. Il n’y a pas de communication en retour.
  • Les dispositifs InReach et SPOT font appel à une entreprise privée appelée GEOS pour lancer et coordonner un sauvetage. Avec tous les dispositifs InReach et certains dispositifs SPOT, vous disposez de communications bidirectionnelles avec GEOS, votre famille, vos amis et les premiers intervenants.
  • Certains téléphones satellites intègrent également le service SOS de GEOS. Autrement, vous devez appeler les services d’urgence par vous-même avec le téléphone.

L’avantage des deux sens

Si vous disposez d’un InReach ou d’un communicateur bidirectionnel par satellite qui utilise GEOS, vous bénéficiez de certains avantages distincts par rapport à un appel de détresse unidirectionnel.

  • GEOS aura une discussion bidirectionnelle (par texte) sur votre situation et vous conseillera en temps réel.
  • GEOS peut vous permettre de communiquer avec des professionnels de la santé.
  • GEOS vous permettra de communiquer avec les premiers intervenants.
  • GEOS tiendra vos contacts d’urgence au courant de la situation au fur et à mesure qu’elle se produit.
  • GEOS restera en communication avec vous jusqu’à ce que vous mettiez fin à l’appel de détresse.

L’inconvénient est que vous devez payer pour ce service sous forme d’abonnement. Cela ne me dérange pas de payer quelques dollars pour un service qui augmente mes chances de survie. Si vous ne voulez pas payer pour un abonnement, votre autre option est d’obtenir une PLB comme l’ACR ResQlink.

Que faire si je n’ai qu’un téléphone cellulaire ? Eh bien, ce n’est pas aussi bon qu’un communicateur par satellite pour les SOS dans l’arrière-pays, mais il y a peut-être encore une chance de communiquer avec les services de recherche et de sauvetage. Je parlerai de vos options plus loin dans cet article.

Quand appuyer sur le bouton SOS

Appuyez sur le bouton SOS dans l’arrière-pays lorsque vous avez des doutes sur votre issue.

Vous n’aurez jamais d’ennuis pour avoir appuyé sur le bouton SOS si votre demande d’aide est sincère. Ces conseils sont suffisamment souples pour tenir compte de votre niveau d’expérience (ou d’inexpérience).

Et si cela peut vous aider à prendre une décision, appuyez sur le bouton SOS lorsque vous pensez que votre vie est en danger ou que vous risquez de perdre un membre. C’est un conseil que j’ai reçu dans une classe NOLS, et il peut aider à clarifier le “résultat”, surtout si vous êtes un randonneur plus expérimenté.

J’ajouterais que le fait d’avoir un appareil de communication bidirectionnelle comme un dispositif Inreach augmentera vos options et rendra votre évacuation potentiellement plus facile pour toutes les parties.

Scénarios SOS

Passons en revue quelques scénarios SOS potentiels basés sur vos questions et les critères que nous venons d’exposer. Et voici un autre avertissement. Il n’y a pas d’absolus, et ce sont tous des appels au jugement hypothétiques pour illustrer les critères du SOS en action. Toutes les urgences sont différentes. Il existe de nombreuses variables pour chaque situation. Vous seul pouvez prendre la décision finale d’appuyer ou non sur le bouton SOS.

  • Vous êtes à 8 km du départ du sentier, et vous vous foulez la cheville. Vous ne pouvez pas marcher sans ressentir une forte douleur. Vous n’êtes pas sûr de pouvoir rentrer avant la nuit ou de pouvoir rentrer tout court. Vous avez un sac à dos de jour mais n’avez jamais passé la nuit dans les bois.
  • Vous êtes à 8 km du point de départ du sentier et vous vous foulez la cheville. Vous ne pouvez pas marcher sans ressentir une forte douleur. Vous savez que vous pouvez atteindre le point de départ du sentier en allant lentement, et si la nuit tombe, vous avez une lampe frontale avec des piles supplémentaires.
    • Partir en randonnée sans SOS. Si vous avez un InReach, informez votre famille ou vos amis de la situation.
  • Il se fait tard, et vous avez pris ce que vous pensiez être un raccourci, et maintenant vous êtes coincé sur une falaise. Tu peux peut-être descendre si tu attaches ta chemise et ta veste ensemble pour faire une corde.
  • Vous êtes à 3 km de la randonnée, et vous avez de graves crampes aux jambes. Tu ne peux pas marcher ou bouger.
    • Le résultat immédiat d’une crampe à la jambe est juste une douleur. Vous savez que les crampes vont et viennent. Attendez et voyez si votre état s’améliore. Essayez de marcher jusqu’au départ du sentier. Si vous ne pouvez pas bouger, lancez un SOS. Si vous avez un InReach, demandez à GEOS de traiter votre état.
  • Vous êtes seul, vous glissez, tombez et vous vous cognez violemment la tête. Vous avez des vertiges, mais vous pensez que ça va aller.
  • Vous êtes perdu, et il commence à faire sombre. Vous avez essayé de revenir sur vos pas, mais rien ne vous semble familier. Vous avez appelé à l’aide et n’avez entendu personne d’autre. Vous n’avez ni le matériel ni l’expérience pour passer la nuit dans l’arrière-pays.
  • Vous êtes perdu, et la nuit tombe. Vous avez essayé de revenir sur vos pas, mais rien ne vous semble familier. Vous vous êtes préparé avec des cartes et du matériel pour passer la nuit.
    • Si vous avez un InReach, faites savoir à votre famille que vous allez bien, mais que vous êtes perdu et que vous allez passer la nuit. Reposez-vous et utilisez vos cartes et vos outils de navigation pour évacuer au matin. Si vous n’arrivez toujours pas à trouver votre chemin ou si vous êtes coincé, tapez SOS.
  • Vous êtes en randonnée avec un groupe et vous avez perdu de vue le groupe de tête des randonneurs. La nuit tombe, vous ne savez pas où vous êtes et vous n’êtes pas prêt à passer la nuit sur place.
  • Vous êtes un randonneur expérimenté et vous êtes surpris en haute montagne par un blizzard accompagné d’éclairs. Il fait plus froid que prévu, la visibilité est nulle, les éclairs tombent autour de vous et vous ne savez pas où aller.
  • Vous faites une randonnée au-dessus d’un ruisseau, vous glissez, tombez et frissonnez de façon incontrôlable. Vous n’arrivez pas à vous réchauffer et vous avez plusieurs heures pour vous en sortir.
  • Vous avez descendu le Grand Canyon, et maintenant vous devez le remonter et en sortir. C’est plus difficile que prévu, mais vous savez où vous êtes et où va le sentier. Mais vous êtes épuisé. Il ne vous reste que quelques heures de lumière du jour.
    • Continuez la randonnée. Tu sais que le résultat sera que tu seras épuisé mais en sécurité. S’il fait nuit et que vous ne pensez pas pouvoir passer la nuit, appuyez sur le bouton SOS. Si vous faites un effort tel que vous pensez avoir une urgence médicale, comme un coup de chaleur, appuyez sur SOS.
  • Vous voyez un énorme panache de fumée à quelques kilomètres au loin. Cela ressemble à un feu de forêt. Vous êtes à quelques kilomètres d’une route ou d’un sentier.
    • Appuyez sur le bouton SOS. Si vous avez un InReach, communiquez avec l’équipe GEOS sur la situation et les itinéraires d’évacuation.

Que se passe-t-il lorsque j’appuie sur le bouton SOS ?

Le processus varie légèrement en fonction de votre situation, de l’appareil et du lieu, mais le déroulement de base est le suivant

  1. Quelqu’un qui surveille les canaux SOS (GEOS, l’armée de l’air, etc.) reçoit un appel de détresse. En général, le signal de détresse comprend également des coordonnées GPS.
  2. Ils rechercheront toute information associée à la balise, comme votre nom, votre âge, votre expérience, etc.
  3. Ils contacteront les responsables des urgences de l’état.
  4. Les responsables de l’État détermineront les responsables du comté concernés et les contacteront.
  5. Les responsables du comté détermineront la ou les équipes de premiers secours appropriées.
    1. Si la météo le permet, ça pourrait être un hélicoptère.
    2. Si les conditions ne permettent pas l’utilisation d’un hélicoptère, il s’agira probablement d’une équipe terrestre de recherche et de sauvetage (SAR).
    3. Une équipe au sol de recherche et de sauvetage peut également venir en appui à un hélicoptère.
  6. L’équipe SAR contactera l’agence qui a reçu l’appel SOS (comme GEOS) pour obtenir toutes les informations possibles, y compris votre position GPS.
  7. L’équipe de R-S tentera de communiquer avec vous si vous avez un appareil de communication bidirectionnelle.
  8. Elle pourra utiliser un logiciel tel que SARTopo pour planifier une approche de votre position en fonction des conditions et de ses connaissances locales.
  9. Les unités d’aviation peuvent potentiellement vous atteindre rapidement, mais peuvent ne pas être en mesure de vous évacuer en fonction des conditions.
  10. Les équipes terrestres mettront probablement un peu plus de temps à vous atteindre qu’il ne vous en a fallu pour arriver là où vous êtes.
  11. Si vous avez un communicateur bidirectionnel comme un InReach, GEOS vous contactera périodiquement et vous informera de la situation.
  12. Si les conditions le permettent, un hélicoptère pourra intervenir et vous emmener en lieu sûr. Si les conditions sont mauvaises, un sauvetage peut prendre des jours. La plupart des sauvetages au sol prennent au moins plusieurs heures.

Pour votre information, à Los Angeles, tous les membres de l’équipe de R-S sont des ambulanciers certifiés.

Voici une vidéo sur le fonctionnement du processus avec un appareil InReach.

Et cette vidéo montre l’équipe de recherche et de sauvetage de Montrose en action. Elle n’est pas spécifique à la randonnée mais reste intéressante en termes de déroulement des opérations de sauvetage.

Et voici ce que c’est que d’être secouru d’une falaise depuis un hélicoptère.

Et enfin, voici un sauvetage où il a fallu 5 jours pour retrouver les randonneurs disparus. Si les randonneurs avaient porté une BLP ou un communicateur par satellite, le sauvetage aurait probablement été une question d’heures.

Que faire après avoir appuyé sur SOS

La chose la plus importante est de rester sur place, quel que soit l’endroit où vous avez déclenché votre appel de détresse.

Les premiers intervenants se déplaceront jusqu’à la position GPS de l’appel de détresse. Si vous vous déplacez, ils devront alors essayer de vous retrouver.

Les autres choses que vous devriez faire sont :

  • Mettez-vous à l’aise et installez-vous. Un sauvetage prendra probablement au moins quelques heures, si ce n’est plus.
  • Mettez votre téléphone en mode avion pour économiser la batterie si vous ne l’avez pas déjà fait. N’utilisez pas la lampe de poche de votre téléphone ; elle vide rapidement la batterie.
  • Mettez GEOS à jour si votre situation ou votre état change.
  • Si vous voyez ou entendez un hélicoptère, utilisez la caméra de votre téléphone portable avec un flash pour le signaler. Vous pouvez également faire clignoter votre lampe frontale ou activer sa fonction stroboscopique.
  • Lorsque vous entendez l’équipe de R-S s’approcher, criez pour leur faire savoir où vous êtes.

Comment augmenter vos chances d’être secouru avant de quitter votre maison

Il y a quelques mesures simples que vous pouvez prendre avant votre randonnée pour augmenter vos chances de survie.

  • Dites à vos amis ou à votre famille où vous faites votre randonnée et quand vous serez de retour. Dites-leur que si ” je ne suis pas de retour à Xpm “, ils doivent appeler le 911.
  • Envoyez-leur par courriel ou par texto un lien vers le sentier ou le guide du sentier que vous utilisez.
  • Si vous n’êtes pas de retour, ils peuvent appeler le 911 et signaler que vous êtes en retard. Vous n’avez pas à attendre 24/48/quelques heures pour signaler la disparition d’une personne. Et vous n’avez pas besoin de déposer un rapport de personne disparue pour activer une équipe SAR.
  • Lorsque vous faites de la randonnée, ne vous contentez pas de suivre une ligne sur un appareil GPS. Regardez des cartes, connaissez l’itinéraire et sachez où vous pouvez éventuellement écourter votre randonnée si vous en avez besoin (comme un autre sentier ou une autre route).
  • Faites une randonnée avec des amis. Dans l’idéal, vous aurez tous le même niveau de forme physique et pourrez faire la randonnée ensemble. Si vous pensez que le groupe va se séparer, ne le faites pas.
  • Vérifiez la météo et les conditions de votre randonnée avant de partir. Préférez la prudence, surtout si vous tentez une randonnée difficile.
  • Recherchez les rapports de voyage en ligne actuels qui couvrent votre randonnée pour obtenir des conditions actualisées.
  • Utilisez un site Web comme Mountain-Forecast.com pour obtenir les prévisions des conditions en altitude.
  • Appelez le poste de garde forestier et demandez l’état de l’itinéraire. (J’ai le numéro de téléphone dans tous mes guides de randonnée).
  • Comprenez qu’un sentier facile en été peut être traître en hiver,
  • Connaissez les éléments essentiels de la randonnée et apportez-les avec vous lors de votre randonnée.
  • Si je fais une randonnée dans l’arrière-pays, j’emporte un kit de nuit léger qui me permet de camper en cas de besoin. Une fois par an, je m’entraîne à passer la nuit avec mon kit.
  • Assurez-vous que votre téléphone est complètement chargé et mettez-le en mode avion pour économiser la batterie.
  • Couplez votre téléphone avec votre InReach mais désactivez le Bluetooth sur votre InReach pour économiser la batterie. Si vous devez avoir une conversation bidirectionnelle avec GEOS par le biais du texte InReach, couplez votre téléphone. Il est beaucoup plus facile de taper sur votre téléphone que sur l’unité InReach.
  • Chargez complètement votre InReach et assurez-vous que votre plan est actif.
  • Si vous n’apportez pas tous les éléments essentiels, assurez-vous au moins d’avoir une lampe frontale ou une lampe de poche au cas où vous seriez surpris dans la nuit.
  • Suivez un cours de médecine en milieu sauvage.

Que faire si je n’ai pas de communicateur par satellite ?

Si vous vous trouvez en détresse sans signal de téléphone portable dans l’arrière-pays, vous pouvez prendre certaines mesures qui aideront les équipes de recherche et de sauvetage.

  • Composez le 911. Même si vous n’avez pas de couverture de votre opérateur, il se peut que d’autres opérateurs dans la région aient une réception, et la demande de 911 sera acheminée par leur intermédiaire. La tour cellulaire peut donner aux sauveteurs une distance et un secteur directionnel général pour effectuer la recherche.
  • Mettez votre téléphone en mode avion et activez le WiFi. Certaines équipes de secours utilisent des unités Airflare, qui peuvent détecter votre téléphone en se basant sur votre WiFi.
  • Si vous pouvez allumer un petit feu contenu en toute sécurité, faites-le. Certaines équipes de secours disposent de caméras thermiques qui peuvent voir la signature thermique du feu ou du réchaud de camping. Utilisez cette méthode avec prudence, et seulement si vous savez que vous pouvez contenir le feu à tout moment. L’un des plus grands feux de forêt de l’histoire de la Californie, le Cedar Fire, a été déclenché par un chasseur novice qui a allumé un petit feu pour signaler un sauvetage. Assurez-vous de dégager une zone de trois mètres autour de votre petit feu pour le contenir. S’il y a du vent, n’allumez pas le feu.
  • Faites du bruit, agitez des vêtements de couleur vive, faites clignoter des miroirs ou des vitres, et faites tout ce que vous pouvez pour signaler les avions ou les premiers intervenants lorsque vous les entendez s’approcher.

Qui paie pour mon sauvetage ?

En Californie, vous ne payez rien pour un sauvetage. Dans le comté de Los Angeles (et dans beaucoup d’autres), des volontaires effectuent le sauvetage en collaboration avec le département du shérif. Si vous voulez savoir qui paie pour un sauvetage potentiel, appelez le département du shérif de votre région.

Cependant, il se peut que vous ayez à payer pour une ambulance ou un service d’urgence à la fin du sauvetage. Si une équipe de R-S vous transporte du sentier à la route et qu’un service d’ambulance privé vient vous chercher, vous (ou votre assurance) pourriez être responsable des frais de transport en ambulance.

Si vous n’êtes pas gravement blessé, vous avez la possibilité de ne pas recevoir de soins professionnels et de simplement rentrer chez vous ou de vous rendre chez votre médecin.

Si vous faites de la randonnée dans une zone sans services SAR gratuits, InReach offre une assurance de sauvetage abordable que vous pouvez acheter par le biais du panneau de contrôle InReach en ligne.

Que faire si vous voyez quelqu’un dans le besoin ?

J’ai déjà utilisé mon InReach pour des urgences, mais ce n’était pas les miennes. Si vous faites suffisamment de randonnée, à un moment donné, vous rencontrerez d’autres personnes dans le besoin. L’avantage d’avoir un communicateur par satellite est que vous pouvez l’utiliser pour obtenir de l’aide pour quelqu’un d’autre. Idéalement, vous avez un InReach où vous pouvez relayer les détails de la situation à GEOS.

Maintenant je ne suis pas un avocat, et il y a probablement des angles ici où vous pourriez potentiellement être poursuivi pour avoir aidé quelqu’un et aussi pour ne pas avoir aidé quelqu’un (devoir de sauvetage). Ne prenez donc pas cela comme un conseil juridique. Je ne fais que partager mon expérience.

J’ai appuyé sur SOS sur mon Inreach deux fois pour aider d’autres personnes. Les deux fois, c’était à cause d’un malaise lié à l’altitude. Dans les deux cas, j’ai envoyé un message à GEOS au début de l’appel SOS et je leur ai dit que c’était pour une autre personne. Cela n’a posé aucun problème et j’ai simplement attendu avec les personnes en détresse jusqu’à l’arrivée d’une unité SAR. Ensuite, j’ai annulé le SOS sur mon InReach et je suis passé à autre chose.

Notez que si vous avez une assurance de sauvetage, elle ne couvre que vous, pas les autres membres de votre groupe, ni les étrangers que vous pouvez aider sur le sentier.

Aidez ceux qui vous aident

La plupart des opérations de recherche et de sauvetage sont des organisations à but non lucratif dirigées par des bénévoles. Et bien qu’elles reçoivent une certaine assistance de la part des organisations gouvernementales locales et des subventions, elles dépendent toujours de l’aide du public pour leur financement. Les membres de l’équipe de recherche et de sauvetage du département du shérif du comté de Los Angeles sont des adjoints du shérif de réserve qui offrent leur temps pour aider les autres pour 1 dollar par an, et qui s’associent à des volontaires civils du shérif qui se portent volontaires gratuitement.

Ces hommes et ces femmes donnent de leur temps et risquent leur vie pour sauver d’autres personnes, merci de leur rendre la pareille et de les remercier. Voici comment vous pouvez redonner aux équipes de R-S du comté de Los Angeles :

Si vous souhaitez faire un don à une équipe de R-S près de chez vous, il vous suffit de chercher sur Google ou d’appeler votre service de police local.

Tout mettre en place

  1. Portez un communicateur par satellite comme le InReach.
  2. Préparez votre randonnée de manière responsable.
  3. Appuyez sur le bouton SOS dans l’arrière-pays lorsque vous avez des doutes sur l’issue de votre randonnée.
  4. Attendez les sauveteurs au même endroit que celui où vous avez appuyé sur le bouton SOS.
  5. Aidez les autres dans le besoin avec votre appareil.
  6. Aidez les équipes de R-S en faisant un don.

Votre feedback nous intéresse !

Excité
0
Joyeux
0
J'adore
0
Médusant
0

Vous devez aimer aussi :

Plus dans :Conseils Rando

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *